27 27°C

Rue Korzo

< >
Rue Korzo Rue Korzo Rue Korzo Rue Korzo Rue Korzo

La rue Korzo n'est pas seulement la promenade principale de la ville, c’est aussi sa pierre angulaire et son fidèle reflet.


Rijeka se voit à travers la rue Korzo, Rijeka se lit par la rue Korzo. Toute personne qui aura bu au moins une fois son café sur l’une des nombreuses terrasses et dans les cafés pittoresques bordant cette rue insolite ne pourra qu’être d’accord avec ce proverbe, de même que toute personne qui se sera au moins une fois reposé sur un des bancs prévus à cet effet sur la rue Korzo, ou comme toute personne qui aura regardé depuis le « haut » la rue la plus animée de la ville, depuis l’un des lieux de rencontre favoris des habitants, situés aux derniers étages des immeubles. 

 

Les habitants de Rijeka lui sont fidèles en hiver dans leurs manteaux tout comme en été dans leurs robes d’été voletantes. Ils y viennent sous leurs parapluies, portés par la bora, un vent qui est juste comme la rue Korzo une spécificité de cette ville construite au bord du fleuve, et orienté vers la mer depuis des siècles. Ils sont là pour chasser la tristesse automnale et pour être les précurseurs du printemps. Les liens entre les habitants de Rijeka et « l’avenue numéro 1 » de la ville sont inséparables. 

 

La rue Korzo est un endroit où les gens se rencontrent, où ils se séparent, se socialisent, concluent des affaires, font des connaissances, mais aussi font des achats. Les habitants de Rijeka peuvent tout y faire. Ils peuvent y observer et y être vus. Certains diront que c’est précisément la rue Korzo qui imprime au quotidien les pages vivantes de la ville. Elles sont écrites et lues par les habitants, mais aussi par tous ceux qui viennent à Rijeka des quatre coins du monde. 

 

La rue Korzo aime se montrer aux visiteurs, et de quelle manière… Il se pavane dans toute sa splendeur avec ses façades sur lesquelles est imprimée l’histoire riche et mouvementée de Rijeka. Il se pavane avec ses fontaines, son horloge de la ville, telle un garde séculaire qui veille sur cette promenade de Rijeka. La rue Korzo attire par son large choix de magasins de souvenirs, qui proposent des « morettos » et autres « torpilles », comme quelque chose qui leur est propre, quelque chose qui murmurera à chaque voyageur – je suis de Rijeka, je suis un emblème de la ville sur le fleuve Rječina. 

 

On peut justement entendre sur la rue Korzo le rythme typique des pas qui, quel que soit le moment de la journée, font écho dans la rue centrale de Rijeka. Où se mélangent des milliers de sons. Et les senteurs… Le café du matin, une délicieuse pizza ou les fruits de mer provenant d’un des nombreux restaurants situés à proximité de la rue Korzo. Puis le rythme du soir, emporté par une note de jeunesse, de sorties et de bonne ambiance. Car passer la soirée ou la nuit dans la rue Korzo, c’est l’assurance de bien s’amuser. Le moment où les cafés se transforment en clubs, et le rire et la musique dominent la rue Korzo. 

 

Même quand la banlieue de Rijeka est engoncée dans la torpeur d’un profond sommeil, la rue Korzo, elle, n’a pas besoin de sommeil. Chacune de ses parties vit au maximum et cela depuis des siècles. 

 

La rue Korzo à travers l’histoire

Au début du XIXe siècle, la rue Korzo a commencé à prendre sa forme actuelle: la promenade principale et le lieu de rencontre des habitants de Rijeka et aussi le site de la construction des palais représentatifs de l’architecture de styles différents : le classicisme, l’historicisme, le style sécession, moderne… La régulation urbaine au milieu du XIXe siècle n’était que le commencement d’un remblaiement plus important et de la construction publique représentative qui ont suivi. 

 

Pourtant, l’image d’une ville côtière entourée de murailles était déjà oubliée. Aujourd’hui, il est difficile de croire que jusqu'à la deuxième moitié du XVIII siècle, il n’y avait qu’un rivage de galets avec quelques jetées en bois et des entrepots, un chantier naval et la loggia de la ville à côté de laquelle on vendait des céréales, du poisson et du sel.